Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

John Leavitt - The Smith, the Cow, and the Stars

The Smith, the Cow, and the Stars
Excursions in English and Comparative Mythology

 

John Leavitt

 

Abstract : A number of medieval sources in Germanic languages (including Old English, Old Norse, and Middle High German) give pieces of what appears to be a multigenerational cycle of legends involving a water-woman (called Wachilt in German), her son a giant (called Wade in English), his son a magical blacksmith (Wieland in German, Wayland in English, Galand in Old French), and the smith’s son, a warrior (Wittige in German). In England, in particular, stories from this cycle continue to be told in relation to some ancient monuments: the Neolithic barrow on the Berkshire Downs known as Wayland’s Smithy, the site of miraculous feats of horseshoeing; the “Roman Road” Watling Street, a name also used for the Milky Way, here interpreted as the street of Wade’s son; and Wade’s Causeway in Yorkshire, built by Wade so his wife Bell wouldn’t get her feet muddy when she went to milk her giant cow. All of these have elements that seem to reflect wider patterns of myth, particularly in Celtic-language traditions: here too there are connections among a magic super-cow, a supernatural smith, and the Milky Way. This paper, inspired particularly by a walk with Nick Allen to Wayland’s Smithy, seeks to lay out these parallels and connections and, adducing comparable patterns from some other Indo-European traditions, proposes what might be a piece of common Indo-European geocosmomythopoetics.

Keywords : blacksmith, mythology, England, Celtic, Milky Way.

Résumé : Un certain nombre de sources médiévales en langues germaniques (y compris le vieil anglais, le vieux norrois et le moyen haut allemand) donnent des éléments de ce qui semble être un cycle de légendes multigénérationnelles impliquant une femme aquatique (appelée Wachilt en allemand), son fils un géant (appelé Wade en anglais), le fils de celui-ci, un forgeron magique (Wieland en allemand, Wayland en anglais, Galand en vieux français), et le fils du forgeron, un guerrier (Wittige en allemand). En Angleterre, en particulier, des histoires de ce cycle continuent d’être racontées en relation avec certains monuments antiques : le tumulus néolithique des Berkshire Downs connu sous le nom de Wayland’s Smithy, le site d’exploits miraculeux impliquant des fers à cheval ; la voie « romaine » Watling Street, nom aussi utilisé pour la Voie lactée, ici interprété comme route du fils de Wade ; et la chaussée de Wade dans le Yorkshire, construite par Wade pour que sa femme Bell n’aie les pieds boueux lorsqu’elle va traire sa vache géante. Tous ces éléments ont des éléments qui semblent refléter des modèles plus larges de mythes, en particulier dans les traditions de langue celtique : ici aussi, il existe des liens entre une super-vache magique, un forgeron surnaturel et la Voie lactée. Cet article, inspiré en particulier d’une promenade avec Nick Allen à Wayland’s Smithy, cherche à établir ces parallèles et ces connexions et, en présentant des éléments venant d’autres traditions de langue indo-européenne, propose ce qui pourrait être un fragment de géocosmomythopoétique indo-européenne commune.

Mots-clés : forgeron, mythologie, Angleterre, celtique, Voie lactée.

 

Télécharger le fichier en pdf / download in pdf: Leavitt.pdf

Écrire un commentaire

Optionnel