Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Daniel Gricourt et Dominique Hollard - Le membre greffé, l'eau et les herbes guérisseuses

Le membre greffé, l'eau et les herbes guérisseuses

Du dioscurisme indo-européen aux saint jumeaux

À propos de Raven et Rasyphe 

Daniel Gricourt et Dominique Hollard

Bibliothèque nationale de France 

 

Abstract : A recent study denies any dioscuric nature to the saints Raven and Rasyphe, reputed to have been martyred in the 5th century in Macé (Calvados). In addition, the Norman hermits are considered in another study as the equivalent, within the Irish tradition, of the two therapist brothers Miach and Oirmiach, sons of the god-doctor Diancecht and with whom they intoned magical incantations around the spring of Health. This interceltic connection is not only relevant and well-founded, but also takes on its full dimension within the framework of Indo-European comparativism. Indeed, the myth of Núada and his severed arm, who, after receiving a silver prosthesis placed by Diancecht, had a human arm successfully grafted thanks to the use of herbs by Miach, can be compared, on the one hand, with that of the iron leg granted to Viśpálā by the twin gods Aśvin of the Vedic religion, and on the other hand, with the healing by plants given by Amərətāt, one of the geminated abstract entities of mazdean Iran, the other one, named Haurvatāt, being associated with the waters. In addition, the heirs of the Greco-Roman Dioscuri Kastôr/Castor and Poludeukès/Pollux, represented by the famous Christian twin brothers Cosmas and Damian, patrons of doctors and surgeons (among others), were renowned among many miracles for having transplanted on a man with a gangrenous leg, a black-coloured one taken from the corpse of a Moor, to whom, in reverse, they attached the limb of the patient. In the light of these various related instances, there is no doubt that Rasyphe, succumbing after all his limbs had been cut off, forms a dioscuric couple with Raven – who resurrected him and whose right arm was amputated – near the fountain where they survived by eating medicinal herbs. This couple, in all likelihood, taking into account the continental context, is similar to the type of Celtic divine Twins «Lugian» and «Cernunnian» that we have been studying for nearly fifteen years.

Keywords : Ravennus and Rasyphus, Aśvin, Miach and Oirmiach, Cosmas and Damian, Graft of a limb, Indo-European medicine.

Résumé : Une récente étude dénie toute nature dioscurique aux saints Raven et Rasyphe, réputés martyrisés au ve siècle à Macé (Calvados). Par ailleurs, le couple d’ermites normands est considéré dans une autre contribution comme l’équivalent, au sein de la tradition irlandaise, des deux frères thérapeutes Miach et Oirmiach, fils du dieu-médecin Diancecht et en compagnie duquel ils entonnent des incantations magiques autour de la source de Santé. Ce rapprochement interceltique s’avère non seulement pertinent et fondé, mais prend aussi toute sa dimension dans le cadre du comparatisme indo-européen. En effet, au mythe du bras coupé de Núada qui subit, après celle de la prothèse d’argent que lui avait placée Diancecht, une greffe d’un bras humain réalisée avec succès grâce au recours des herbes par Miach, peuvent être rapprochés, d’une part, celui de la jambe de fer qu’accordent à Viśpálā les dieux gémellaires Aśvin de la religion védique, d’autre part, les soins par les plantes que prodigue Amərətāt, l’une des Entités abstraites géminées du domaine de l’Iran mazdéen, la seconde nommée Haurvatāt se trouvant associée aux eaux. De surcroît, les héritiers des Dioscures gréco-romains Kastôr/Castor et Poludeukès/Pollux que représentent les célèbres jumeaux chrétiens saints Côme et Damien, patrons des médecins et des chirurgiens (notamment), sont réputés parmi de nombreux miracles pour avoir transplanté sur un homme à la jambe gangrenée celle de couleur noire ôtée du cadavre d’un Maure, auquel ils ajustent du reste à l’inverse le membre clair du malade. À la lumière de ces différents cas apparentés, il ne fait aucun doute que Rasyphe, succombant après qu’on lui ait tranché tous les membres, forme avec Raven – qui le ressuscite et dont lui-même a le bras droit amputé – un couple dioscurique auprès de la fontaine où ils survivent dès lors en se nourrissant de simples. Un duo lié, selon toute vraisemblance, compte tenu de l’environnement continental, à celui du type des Jumeaux divins celtiques « lugien » et « cernunnien » que nous étudions depuis près de quinze ans.

Mots-clés : Raven et Rasyphe, Aśvin, Miach et Oirmiach, Côme et Damien, greffe d’un membre, médecine indo-européenne.

Télécharger le fichier en pdf / download in pdf: 2-Gricourt-et-Hollard.pdf

Écrire un commentaire

Optionnel