Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

(Review) Frédéric Armao - Uisneach or The Center of Ireland

Armao.jpgFrédéric Armao, Uisneach or The Center of Ireland, New York and London, Routledge, 2023, 323 p.

 

Le présent essai est consacré à l’étude de la colline d’Uisneach, le point central traditionnel de l’Irlande. Après une rapide présentation du cadre historique et géographique, ainsi que des sources historiques de son étude, l’auteur se penche tout d’abord sur la centralité d’Uisneach, telle qu’elle apparaît dans les différentes sources. Il le fait en définissant en premier lieu le concept de la division de l’Irlande, où chacune des quatre principales provinces contribue, en sa partie la plus proche du centre de l’île, à la formation d’une cinquième province, le Mide, qui contient Uisneach en son centre.

Il poursuit par l’étude des relations entre le Mide et Uisneach, en particulier au niveau toponymique et étymologique, tout en questionnant l’idée d’une souveraineté gagnée en relation avec cette colline et l’un de ses lieux remarquables, l’Ail na Mireann, la pierre marquant symboliquement le centre de l’Irlande, laquelle étant le point de rencontre des cinq provinces dans le contexte d’une division alternative de l’île. Il en profite pour explorer le lien entre Uisneach et les concepts d’axis mundi et d’omphalos, qu’il rapproche des traditions attestant de la présence d’un arbre sacré à Uisneach, le Bile/Craeb Uisnig.

La souveraineté associée à Uisneach et à la dynastie des Uí Néill est aussi abordée, puisque certains des membres de cette dynastie se définiront comme roi d’Uisneach. De même, le rapport entre Uisneach et la légende patricienne est étudié, ainsi que celui entre des pierres ayant prétendument existé sur cette colline et qui auraient été transportées en Grande-Bretagne, pour construire Stonehenge, selon les auteurs anglais médiévaux.

La partie suivante concerne les occurrences d’Uisneach dans la mythologie irlandaise, en tant qu’attestations de l’importance de ce lieu aux temps préchrétiens. Ce panorama mythique lui permet d’étudier l’idée de triplicité et donc de totalité associée à la colline et à certains des dieux qui y agissent. Autre idée intéressante, qui nous semble inédite cette fois: celle du lien entre Uisneach et la légende de Deirdre et des Fils d’Uisneach. Frédéric Armao évoque le fait qu’ils pourraient être des fils de Lugh, le dieu suprême du panthéon irlandais. Il en conclut que ce lieu est marqué par la sacralité druidique, en tant que point central hors du monde où se rencontrent la dimension humaine et celle des dieux.

Le troisième chapitre se penche sur les liens existant entre Uisneach et les assemblées anciennes. En effet, différents textes mentionnent trois voire quatre grandes réunions, chacune ayant lieu sur une colline différente liée au Mide et à l’une des autres provinces le constituant. Frédéric Armao étudie les témoignages (pseudo-)historiques et mythologiques concernant ces assemblées, en général, et celle d’Uisneach en particulier, tout en critiquant, à raison, la méthodologie de D. A. Binchy et ses conclusions. Il se propose d’en donner les contre-arguments en commençant, dans ce chapitre, par comparer l’assemblée de d’Uisneach à d’autres rassemblements connectés à des points centraux d’autres terres celtiques (Armorique, Grande-Bretagne, Gaule).

Le chapitre suivant est une étude du festival de Beltaine, fortement associé à Uisneach dans les textes. Il montre, par comparaison avec des traditions européennes équivalentes, la spécificité de Beltaine et le lien cohérent qui peut être fait entre ce temps sacré, ses pratiques et ses croyances, en particulier celles tournant autour du feu, et Uisneach.

L’étude des vestiges archéologiques présents sur cette colline montre une occupation funéraire, cultuelle voire royale du lieu faisant écho aux pratiques et aux traditions attestées par les sources présentées précédemment. Même si l’interprétation de ces restes est ambivalente, elle démontre une dimension sacrée du site remontant à la préhistoire et qui semble se poursuivre jusqu’en pleine époque médiévale.

La dernière partie de cet ouvrage, intitulée «Modern and Contemporary Aspects of Uisneach» se penche sur différentes thématiques liées à cette colline pour ce qui concerne son histoire récente. Ainsi, il s’agit du rapport entre Uisneach et le Gaelic Revival, c’est-à-dire le regain d’intérêt, au tournant des XIXe-XXe siècles, pour la composante celtique de la culture irlandaise, mais aussi de l’étude des sources folkloriques modernes concernant ce site et ses monuments et leur rapport avec les traditions déjà évoquées. Enfin, la description de la réutilisation, depuis la fin du XXe siècle, de cette colline comme lieu de rassemblement populaire, à la fois profane et néo-païen, prenant place durant la temporalité de Beltaine et dont le point culminant est l’allumage d’un grand feu, clôt cet ouvrage en montrant le renouvellement de la symbolique de cette colline – conçue originellement comme un axis mundi et un omphalos selon les mots même de l’auteur – accompagnant les évolutions de la société irlandaise contemporaine.

Il s’agit là d’une monographie fondamentale sur le site d’Uisneach et la fête de Bealtaine. C’est là un exemple à suivre pour d’autres sites irlandais ayant une histoire aussi riche. Le propos de l’auteur est accompagné d’annexes et d’une bibliographie particulièrement fournies. Le seul bémol que nous pourrions émettre serait que cet ouvrage n’utilise pas le livre de Proinsias Mac Cana, The Cult of the Sacred Center (Dublin Institute for Advanced Studies, 2011), qui partage avec lui le même thème.

 

Guillaume Oudaer

Écrire un commentaire

Optionnel